Accueil Les oeuvres Expositions Présentation Atelier Vidéos Liens Rétrospective 2010 - Présentation

  Catalogue : pages - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 -  

 
  Le peintre du temps

Je voudrais évoquer la période des Perspectives. Ici, l'oeuvre d'art est conçue à la façon d'une fouille archéologique. Il s'agit de mettre à nu ce qui est enfoui dans le passé. L'apparition du nom de J.M. Lartigaud redécouvert à la façon d'une inscription ancienne ou d'un palimpseste crée une confusion voulue entre le passé et le présent et implique qu'il existe plusieurs dimensions temporelles, qui peuvent s'entrecroiser. Le temps historique, le temps individuel du créateur. Le temps de l'œuvre d'art ; l'œuvre d'art qui immobilise le temps à la façon d'un cliché photographique, saisit l'intersection de ces différents flux temporels. Une profonde réflexion sur la temporalité échaude donc ces toiles. On sait que la méditation sur le temps constitue un des points d'ancrage de la civilisation occidentale. Le schéma mis en place ici est différent de celui qui anime l'œuvre de Proust, laquelle reste dans une certaine mesure linéaire. Car au centre se situe une réflexion sur le temps. Le passé, le présent et le futur sont volontairement mêlés. L'œuvre relève-t-elle d'un passé lointain ? Evoque-t-elle la situation présente de l'artiste, est-elle un questionnement inquiet sur le futur ? Ou toutes ces problématiques s'entrecroisent-elles ? Dans quelle strate de la personnalité de l'artiste était enfouie cette œuvre et qui est ce J.M. Lartigaud dont le nom semble avoir été rongé par le temps. Est-il un homme du présent dévoré par son passé ? Ou un homme du passé qui émerge dans l'avenir ? Ce jeu sur le temps rend ces compositions profondément empreintes de nostalgie, mais aussi animées par une espérance rayonnante. L'ensemble constitue une réflexion sur l'homme, les civilisations passées et l'œuvre d'art. Si j'en crois Bergson, l'intelligence caractérise cette souplesse de l'esprit qui rend capable de s'adapter aux situations nouvelles sans recourir aux réflexes mécaniques. En jonglant avec le temps, J.M. Lartigaud montre que l'homme est un être composite dont la pensée ne peut obéir au seul mouvement linéaire. Mais le peintre se met aussi en position de démiurge : il construit l'univers et l'organise selon sa propre conception temporelle.
Ces œuvres échappent à l'esprit d'aujourd'hui qui est par essence mécanique et voué à la seule exaltation du présent et du futur dans des slogans politiquement et artistiquement corrects. Et qui tend à nier nos racines collectives et individuelles, qui appartiennent au refoulé, au non-dit.

Michel Mazoyer

 
  Bas-relief 3, 2007, techniques mixtes.
 

Catalogue : pages - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 -